Comment proposer des produits sans emballages ?
C’est une question que se posent de plus en plus de commerçants de proximité, conscients des conséquences environnementales que les emballages ont sur notre planète, comme ceux en plastique.

L’épicerie en vrac compte parmi les alternatives à la pollution due aux emballages. Aujourd’hui en France, la tendance du vrac tend à se démocratiser sur tout l’hexagone.
Son principe : mettre en vente des produits sans emballages à disposition de la clientèle qui, elle, se munit des récipients nécessaires pour faire leurs achats (sac réutilisé/en tissu, bocaux, tupperware etc..).

Quels sont les avantages pour le consommateur ?

1) Pouvoir choisir la quantité que l’on souhaite. Ce qui réduit largement le risque de gaspillage, en prenant seulement ce dont nous avons besoin.

2) Avoir plus de visibilité sur les produits que l’on sélectionne, car ils sont généralement présentés dans des grands récipients transparents. Le client est réellement face au produit et non face à la stratégie de marketing (emballage qui a pour but d’influencer la consommation de la marque).

3) Bien sûr, contribuer à une consommation qui permet de réduire l’impact de l’Homme sur son environnement.

Réduire la quantité d’emballage n’apporte pas seulement des avantages au consommateur, c’est aussi une démarche bénéfique pour les vendeurs.

Cela leur permet notamment de :

1) Se différencier des grandes chaînes. Si nous reprenons l’exemple d’une épicerie en vrac, celle-ci proposera une plus grande variété de produits sans emballage qu’un supermarché.

2) Attirer des clients ayant un état d’esprit visant la qualité de leur consommation de produits, aussi bien dans sa valeur nutritionnelle, que dans son impact environnemental.

Les commerçants qui se lancent dans le “zéro emballage” doivent faire face aux différents challenges de cette nouvelle industrie. Les limites provenant des réglementations à respecter étant particulière à chaque produit, peuvent freiner l’étalage de certains produits tels que l’huile d’olive. De plus, il peut y avoir une logistique plus complexe, notamment concernant le conditionnement, lors du stockage et de la mise en vente, des produits qui ne sont pas protégés. Cependant, les commerçants de proximité qui adoptent le “zéro emballage”, tiennent à montrer aux consommateurs qu’il existe une alternative à des produits dont l’emballage n’est pas réutilisable. Et qui, par conséquent, pollue notre environnement, demande d’extraire davantage de ressources naturelles épuisables, et des coûts lors de la gestion de ce type de déchets.

Bref, une bonne raison de s’y mettre 🙂