Protéger ses produits avec des emballages qui se dégradent, ça veut dire quoi ?

Malgré les efforts faits dans différentes industries et les réglementations mises en place pour réduire le taux d’emballage lié à la pollution de notre environnement, le choix d’utilisation de l’emballage plastique reste leader en France. Nous sommes tous au courant des faits et débats autour des conséquences de cette matière, qui en vient à créer un 7ème continent de déchets plastiques dans nos océans, et des microplastiques (particules du plastique) que l’on retrouve dans l’air, l’eau et les aliments que nous consommons. De ce fait, des alternatives ont été recherchées, testées et enfin utilisées, telles que l’utilisation de matières compostables, pour agir face à ces impacts effrayants.

Les emballages en matière compostable sont faits de matériaux biodégradables, c’est-à-dire des matières pouvant se dégrader dans la terre sans la polluer grâce à des organismes vivants (micro-organismes). D’après le conseil national de l’emballage : “tout ce qui est compostable est biodégradable, mais tout ce qui est biodégradable n’est pas nécessairement compostable”. De plus, la différence entre l’utilisation du mot “compostable” face à “biodégradable” est importante. Un emballage “compostable” permet de clarifier que pour pouvoir se désintégrer proprement, comme expliqué par le conseil national de l’emballage, il doit “faire l’objet d’un traitement approprié en fin de vie.”

Selon sa composition un emballage compostable peut être composté à domicile (dans un bac à composte) ou dans une usine de compostage industriel. D’après la norme NF EN 13432, il y a différents critères pour qu’un emballage puisse être compostable, dont :

  • Les résidus doivent représenter maximum 10% de la masse départ
  • Les résidus doivent avoir une dimension de moins de 2mm
  • Le déchet ne doit pas avoir d’effet négatif sur le processus de compostage
  • Le résultat du compostage ne doit avoir d’effet écotoxique

 

Leurs compositions ? Des bases naturelles tels que des plantes fibreuses (cellulose), sous-produits des céréales (amidons, gluten), protéines (gélatines, caséines), l’acide polyactique végétal, le bois, le palmier, le bambou, etc.

 

Exemple d’emballages compostables :

  • sac plastique dans les supermarchés pour peser et porter ses fruits et légumes
  • sac de viennoiseries
  • barquettes
  • bouteilles de jus de légume

En plus général : récipient fait de papier ou carton non teinté, ou emballage avec un logo déterminant qu’il est compostable.

Leurs avantages :

  • Utilisent moins de carbone lors de leur production
  • Remplacent et donc réduisent le nombre de déchets polluants
  • Enrichissent la terre en devenant des nutriments une fois dégradés
  • Ne relâchent aucune toxine lors de leur traitement de déchet

Et pour finir, ne le ratez pas, un emballage compostable peut se reconnaître grâce à son logo ci-dessous :

Sources

https://conseil-emballage.org/wp-content/uploads/2014/01/11_f.pdf

https://www.upcycle.org/emballages-compostables-biodegradables-lesquels-choisir